Volume et lumière s'invitent dans une meulière - Fables de murs

architecture
&
immobilier
fables de murs
(
)
Aller au contenu
Année de réalisation : Janvier 2016
Localisation : Enghien-Les-Bains
Surface : 77 m2
Durée de l’étude : 7 mois
Durée des travaux : 4 mois et demi
Architecte d'intérieur : Laetitia Viallon
Photographe : Jean Villain
Volume et lumière s'invitent dans une meulière
D'un espace morcelé à une grande pièce de vie
Une surface de 60m2 est confortable pour accueillir un salon, une salle à manger et une cuisine, néanmoins, quand ce même espace est morcelé, cette surface apparaît beaucoup plus petite et étouffante. Il convient alors de restructurer, l'espace et l'implantation des fonctions pour que notre ressenti et notre cadre de vie soient métamorphosés. Ce projet en est une illustration…

État des lieux
L'espace typique des maisons meulières est souvent constitué de petites pièces successives longées d'un mur porteur et desservies par un dégagement.  
La cuisine : pièce de service par excellence (à cette époque) est isolée des pièces nobles et réduite au minimum.
Une véranda accessible par la cuisine et le salon est traitée comme un espace indépendant séparé par des portes-fenêtres filtrant la lumière. Elle s'affirme plus comme une pièce extérieure incluant un mobilier de jardin.
La salle à manger dispose d'une cheminée peu visible depuis le salon et donc peu utilisée.

Réponse de l'architecte
Guidée par une recherche de fluidité et de lumière, l'architecte a répondu au projet en ouvrant totalement l'espace : la cloison séparant le salon de la salle à manger a été démolie et le mur porteur entre la cuisine et le salon a été ouvert sur 3,5m. L'espace créé forme un L s'ouvrant sur la véranda et les perspectives du jardin.  
Les fonctions sont redistribuées : le salon cossu se place autour de la cheminée et isolé visuellement de la cuisine.
La salle à manger, au centre et à l'angle de la pièce sert de liaison.  

 
La véranda est ouverte et unifiée à la pièce de vie. Les portes-fenêtres sont remplacées par des fenêtres coulissantes à galandage s'effaçant totalement dans le mur. Les sols de la véranda et de la cuisine sont recouverts de parquet, dans la continuité de celui de la salle à manger conservé. Cet espace baigné de lumière accueille désormais d'un côté une petite table en verre ronde dotée d'un piétement et de chaises noirs et de l'autre une chaise longue tournée vers l'intérieur.    

 
Pour agrandir la cuisine, l’ancien accès a été condamné. Désormais, la cuisine s'inscrit en L accueillant à gauche des meubles blancs mats en colonne dissimulant électroménager et rangements. En face des meubles bas recouverts d'un plan de travail en granit noir flammé surmonté d'une hotte décorative noire.  
La table de salle à manger en bois, les fauteuils et canapés en cuir rouge conservés sont associés et à un mobilier très épuré blanc mat qui longe la pièce.   
Cette association permet une mise en valeur mutuelle des différents meubles. Le blanc mat réparti dans l'espace rend la pièce homogène.   

 
Ce rouge du salon est un vecteur s'installant par touche au cœur des carreaux de ciment dans l'entrée de la maison. Cet aspect plus rétro du sol vient s'équilibrer avec la lampe sculpturale blanc mat éclairant l'entrée.  
 
Á l'étage, l'intervention fut plus légère, les deux dressings difficiles d'accès ont été remplacés par des dressings fonctionnels avec des portes coulissantes des penderies et des tiroirs.  

 
Ce fut un véritable plaisir de concevoir ce projet et de diriger ce chantier. Un grand merci aux propriétaires pour la confiance qu'ils m'ont accordée.


Retourner au contenu | Retourner au menu